UNIVERSITE du TEMPS LIBRE LAMBALLE-PENTHIEVRE
UNIVERSITE du TEMPS LIBRE LAMBALLE-PENTHIEVRE

LE JOURNAL DES ADHERENTS

Le conseil d'administration vous propose cette page qui sera notre lien : de l'humour, des bonnes adresses, des nouvelles, des paroles d'adhérents, les meilleures vidéos du web, etc ...

 

Au sommaire :

       Maurice ANDRE, portrait ...

       Les meilleures vidéos du web :

                Proverbes africains

                Le laveur de carreau

                Un grand chirurgien : Hamilton NAKI

               Le sourire : un spot en forme de conte

       C'est quoi un grand-parent ?

      

                                                                                                        Le comité  de rédaction

Maurice ANDRE, portrait

Fidèle adhérent de l'UTL... mais pas que....                          

Fidèle adhérent de l’UTL, peux-tu nous dire depuis combien de temps tu y participes et ce qui fait que tu y es resté si assidu ?

Cela fait plus de 10 ans que j’ai adhéré à l’UTL de Lamballe. Curieux de tout, avide d’apprendre, j’ai trouvé une association qui correspondait à mes attentes. L’encadrement de qualité, formé de membres riches d’expériences, motivés et de contacts faciles m’a tout de suite enthousiasmé. J’ai beaucoup apprécié la diversité des thèmes proposés en conférences : les voyages, l’art, l’histoire, les sujets de société…Un vrai régal pour moi…Quel bonheur, par exemple de pouvoir écouter le brillantissime Axel Kahn ! Et quelle chance ! A propos, ce serait bien que des personnalités bretonnes viennent témoigner de leur parcours. C’est tellement enrichissant.

Tu as toi-même présenté une conférence en mars 2012 sur ton métier de Capitaine au long cours, un beau métier mais plein de risques…Peux-tu nous évoquer ce passé professionnel riche d’expériences. ?

C’est Gérard Gouvary le président d’alors qui m’avait demandé d’évoquer mon aventure maritime tumultueuse que j’ai racontée dans un ouvrage « Récit de vie d’un marin. La Mer n’a pas voulu le Ciel non plus. » Dans ce livre que mes proches m’ont fortement poussé à écrire, je raconte mon adolescence à Plancoët pendant l’occupation allemande, mon intégration dans la Marine et surtout, longuement, ce naufrage sur la Costa del Sol où nous eûmes la vie sauve grâce aux pêcheurs espagnols venus nous repêcher par la peau des fesses.

Ce livre édité par l’Harmattan, je l’ai d’ailleurs présenté au festival « Etonnants Voyageurs » à St Malo.

Après 10 ans d’aventures maritimes, mes deux filles souffrant de mes absences, j’ai décidé de mettre pied à terre. J’ai alors été recruté comme contractuel, chef des services administratifs d’un EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial) Travaillant dans un somptueux immeuble face à la tour Eiffel, j’ai connu des moments fabuleux. Pour me rendre au travail, je traversais à pied les jardins du Trocadéro.

Titularisé, puis promu directeur de l’administration générale de l’établissement, je m’efforçais d’apporter rigueur, sérieux, discrétion dans mes responsabilités et relations et ce avec beaucoup de sensibilité.

J’ai d’ailleurs eu l’honneur d’être promu au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite sous le ministère de Michel Jobert.

Pendant 10 ans, j’ai donc connu la vie parisienne avec ses richesses et ses turpitudes. J’ai découvert la haute administration omnipotente, redoutée, jaugeant parfois avec mépris et à sa manière, certains élus…

Revenu en Bretagne, j’ai accepté de figurer sur une liste en vue des élections municipales à Matignon. Le maire sortant, tête de liste fut battu. Pressé par certains colistiers, j’ai accepté d’être candidat au poste de premier magistrat à la condition qu’une ouverture soit faite pour la liste concurrente. Je fus élu et m’engageai pour un unique mandat de 6 ans et demi. Je me suis donné à fond et ai constamment veillé à ce que les élus oeuvrent en toute sérénité et sans polémique, pour le bien-être des électeurs. Mon premier adjoint m’a succédé, gérant la commune avec brio et dans le même état d’esprit.

Tu as aussi de nombreuses passions et entre autres la peinture. Peux-tu nous en parler ?

Je n’ai pas cessé de m’adonner au sport : football en compétition jusqu’à 40 ans (équipe des Bretons de Paris), le tennis en tant qu’éducateur fédéral, et juge arbitre bénévole pour les tournois…

L’art pictural fut de tout temps ma passion majeure. Pour commencer, la peinture à l’huile. A force de copier des repros d’impressionnistes, j’ai acquis un peu de technique. Puis vint la gouache et ensuite l’aquarelle que je pratique depuis plus de 35 ans. L’aquarelle, technique difficile certes, mais ô combien merveilleuse, subtile, évolutive, requérant spontanéité et créativité.

J’ai d’ailleurs été primé plusieurs fois dans des expositions : deux premiers prix, à Jugon les Lacs et à Plérin et un, au salon régional de l’aquarelle de Montgermont. Pour me perfectionner, j’ai suivi de nombreux stages avec des aquarellistes renommés au plan international (moldave, chinois, japonais, polonais, uruguayen…) Et il semble selon les dires que, insensiblement, j’ai acquis un style. Cette passion en moi est très forte et sans fin.

Dans ces moments compliqués, quels voeux pourrais-tu formuler pour nous tous et peut-être notre UTL en particulier ?

Je suis très heureux d’être membre de l’UTL. Cette association contribue fortement aux bonheurs partagés. Je formule un souhait plein d’espoir pour sortir au plus tôt, du marasme actuel qui nous emprisonne et nous empoisonne, dans une sorte de néant oppressant et dévastateur. J’ai vraiment hâte de retrouver l’ambiance si agréable et chaleureuse de nos assemblées. La vie est si belle quand on le veut bien !

Les meilleures vidéos du web retenues pour vous ...

Artistes de tous pays

Proverbes africains

Artiste inconnu

"Si tu ne sais pas ou tu vas, sait au moins d’où tu viens !"

 

Un florilège de proverbes africains justes et merveilleux racontés avec un sourire charmeur... qui vous fera mourir de rire  !

 

Très bon sketch, artiste très doué que l'on connait bien peu, quel dommage ! Que de sagesse et de compréhension de la vie dans ces proverbes africains ! Si nous pouvions nous aussi avoir la sagesse de savoir en profiter ! Merci, vidéo à faire suivre et à faire connaître...

Le laveur de carreau !

Auteur inconnu

Cette vidéo est dramatiquement belle et ne vous laissera pas indifférents.

Elle a été mise en musique par un internaute qui a été, lui aussi, très ému... Il précise son action en y apportant toute la prudence et le respect dus à l'auteur des images. Il en est de même pour nous.

 

Faonfaon :

Cette vidéo n’est pas ma propriété et je n’en détiens pas les droits. Si l’auteur se manifeste, je la retirerai de ma chaîne. En tout cas j’ai beaucoup aimé les images qui m’ont touché et j’ai eu le besoin d’en écrire une musique.

 

L'histoire du grand chirurgien

Hamilton NAKI,

Hamilton Naki est né 1926 dans une famille pauvre de Ngcingane, un petit village près du Cap. Il fit sa scolarité là-bas, avant de partir à 14 ans chercher du travail au Cap. Il fut employé par l'université du Cap en tant que jardinier, et durant 10 années s'occupa des courts de tennis sur le campus de l'université.

Carrière médicale

Il fut choisi par Robert Goetz de la faculté de médecine de l'université du Cap, alors qu'il était jardinier, pour travailler au laboratoire clinique, en tant qu'assistant-animalier. Hamilton put ainsi apprendre des techniques d'opérations, de l'anesthésie aux soins post-opératoires. Malgré son manque d'instruction, sa technique et ses capacités furent reconnues, et il obtint la permission de continuer des recherches dans le laboratoire. De toute façon, étant noir, il n'aurait jamais pu devenir médecin durant l'Apartheid.

Il devint un des quatre techniciens du laboratoire de recherche à l'école médicale. Il assista lors de nombreuses opérations médicales dans le laboratoire animalier (dont le but était de transplanter un cœur avant de tester cela sur les humains). De plus, bien qu'enregistré en tant que jardinier, il était payé le salaire d'un technicien senior, même sans diplômes.

Un sourire !

Spot Christmas Grupo Piñero 2014

Un spot conçu comme un conte de Noël

Une jolie histoire sur une musique douce... de la détente en perspective !

Grupo Piñero est l'une des plus importantes entreprises espagnoles du secteur touristique, résidentiel et immobilier à l'international.

Objet : Définition d'un GRAND PARENT !
Il y en a qui vont se reconnaître.... On en apprend de belles.... ! vraiment trop mignon
Définition d'un GRAND PARENT (d'après les enfants d'une classe d'enfants de 8 ans):


Les grands-parents, c'est une dame et un type qui n'ont pas d'enfants eux-mêmes. Mais ils aiment
beaucoup les enfants des autres.
Un grand père c'est un bonhomme, & une grand-mère c'est une dame!
Les Grand parents ne font rien d'autre que nous attendre lorsque nous venons les voir.
Ils sont tellement vieux qu'ils ne peuvent pas courir ou jouer à des jeux ou on se pousse un peu. Mais c'est drôlement bien lorsqu'ils nous conduisent à des boutiques de bonbons.
Quand on va se promener avec eux, ils ralentissent toujours pour nous montrer des feuilles mortes ou des chenilles. Ils nous montrent des fleurs, nous parlent de leurs couleurs et nous demandent de ne pas marcher sur des choses qui craquent, mais ils ne disent pas, "Dépêche-toi.''
Habituellement les grand mères sont grosses mais ça ne les empêche pas de nouer nos lacets de chaussures.
Ils portent des lunettes et des sous-vêtements très bizarres.
Ils peuvent enlever leurs dents avec leurs gencives.
Les grands parents n'ont pas "à bien se conduire".
On peut leur demander des questions comme « Pourquoi Dieu n'est pas marié? » ou « Pourquoi les chiens courent après les chats ? »
Lorsqu'ils nous lisent des livres, ils ne sautent pas des lignes. Et si on leur demande de nous relire la même histoire, ils ne disent rien.
Tout le monde devrait avoir une grand’mère, surtout si vous n'avez pas de télévision parce que ce sont les seuls adultes qui aiment passer du temps avec nous.
Ils savent qu'il faut que nous ayons un petit goûter avant d'aller nous coucher, ils disent les prières avec nous et nous embrassent même si ça a mal été.
...Et celui−là, âgé de 6 ans a qui on demandait ou sa grand mère vivait. ''OH, elle vit à l'aéroport, et quand on veut la voir, on va la chercher. Et lorsque la visite est finie, on la ramène à l'aéroport.''
Grand-papa c'est l'homme le plus gentil de la Terre ! Il me montre des tas de trucs, mais je ne le verrai jamais assez pour devenir aussi calé que lui !
C'est drôle parce que lorsqu'ils se penchent, on entend des fuites de gaz et ils disent que c'est le chien.

Art photographique des adhérents :

Les Karellis, par GD

(tous droits réservés)

Art photographique des adhérents : Jonquilles sous la neige par GD

(tous droits réservés)

Pour entretenir vos zigomatiques  

 

La neige... et les voitures électriques !!! ??
Y a-t-on pensé ?

Trois heures d’embouteillages, batteries à plat, on fait comment ?
Sans compter, qu’il n’y a pratiquement pas de chauffage dans un véhicule électrique.
Et si vous êtes bloqué sur la route toute la nuit, plus de batterie, plus de chauffage !!!
Vous appelez le SAMU pour embarquer femme et enfants !
Ils ne peuvent même pas venir vous secourir puisque tout est bouché !!!!
Et quand tout se débloque, plus personne ne peut rouler !
Comment recharge-t-on les milliers de voitures du bouchon ? Même problème lors des départs en vacances l'été avec les centaines de kms de bouchons.
Cela en fera des voitures en panne sèche et des bouchons perpétuels.
Mais ça, personne n’en parle !
Y a t-on réfléchi ?

C’est juste une réflexion ! ! !

 

Les incontournables histoires de Toto.

 

Toto arrivant tout le temps en retard à l’école, sa maîtresse lui fait remarquer et lui demande :

- Toto ! Pourquoi arrives-tu chaque fois en retard ?
- C'est à cause du panneau près de l’école.

- Mais de quel panneau parles-tu ?
- Celui où il est marqué "Ralentir école" !

 

Le père de Toto lui hurle :

- Si tu n'arrêtes pas de faire l'imbécile, je t'enferme dans le poulailler ! 

- J'm'en fiche ! J'pondrai pas.

 

 Toute la famille visite le zoo avec tonton Albert.
- Oh, regardez le singe, crie soudain Toto, on dirait tonton Albert !
- Voyons Toto, tais-toi, gronde sa maman.
- Mais maman, aucune importance : un singe, ça ne peut pas comprendre!

 

 Toto est dans la grande section à la maternelle. Il rentre de l'école et dit à sa mère :
- Maman, aujourd'hui, l'institutrice m'a demandé si j'avais des frères et sœurs qui allait rentrer en maternelle bientôt.
- Mais c'est très bien qu'elle s'intéresse à toi comme cela, mon chéri.

   Et qu'a-t-elle répondu quand tu lui as dit que tu étais fils unique ?
- Elle a juste dit: "Merci mon Dieu !"

 

 En cours, la maîtresse de Toto demande à ses élèves:
- Quelle est votre plus grosse bêtise?
- Moi, dit Toto, j'ai jeté du carton par la fenêtre.
- Oh, ce n'est pas grave du tout!
Quelques heures plus tard, un homme ensanglanté arrive dans la salle de classe en disant :
Je m'appelle Ducarton, et je cherche Toto...

 

 Toto demande à son père de l'aider pour sa leçon de calcul :
- Bon Toto, tu achètes 2 crayons pour 4 euros comment fais-tu pour savoir le prix d'un crayon ?
- Ben je regarde le ticket de caisse !