UNIVERSITE du TEMPS LIBRE LAMBALLE-PENTHIEVRE
UNIVERSITE du TEMPS LIBRE LAMBALLE-PENTHIEVRE

LE JOURNAL DES ADHERENTS

Le conseil d'administration vous propose cette page qui sera notre lien : de l'humour, des bonnes adresses, des nouvelles, des paroles d'adhérents, les meilleures vidéos du web, etc ...

               

Au sommaire :

       Les lavoirs Lamballais.

       Les meilleures vidéos du web :

                Le dessin de toute une vie.

                L'art topiaire.

                Le variant breton.

                Verdi ...

       On ne se serre plus la main !

       Art photographique des adhérents : Denise LOHEZ.

       Entretien de vos zigomatiques : Perles lycéennes.

 

                                                                                                        Le comité de rédaction

En avril, ne te découvre pas d'un fil !

Les lavoirs lamballais.

      Aujourd’hui, quand on parle de patrimoine, on pense souvent à un grand monument tel qu’un château, une église … mais pas à des plus petits éléments que l’on voit tous les jours appartenant à notre patrimoine populaire ! Les lavoirs en font partie.

Le 19 janvier 2017, dans le cadre d’une sortie patrimoine, l’UTL avait organisé une visite guidée et commentée, moment agréable d’échanges et de convivialité.

L’origine des lavoirs ?

     Les premiers lavoirs furent élevés à partir de la fin du 18e siècle, mais ce n’est qu’au 19e siècle que leur construction prit un essor, tant pour les lavoirs privés que pour les publics. La loi de février 1857 contribua largement à la création des lavoirs de la ville. La première moitié du siècle avait été marquée par une série d’épidémies et pour contrer ces vagues de maladies, un comité d’hygiène a été créé pour organiser les mesures à prendre dans les communes.  

     L’urbanisation et les nécessités d’hygiène aidant, la construction de lavoirs se généralise. Ce comité, plus la loi sur la création de lavoirs subventionnés, s’inscrit dans le courant hygiéniste qui a permis l’émergence de conditions sanitaires que nous connaissons.

     L’histoire des lavoirs de Lamballe reste relativement obscure. Ils étaient réservés à un usage populaire et n’étaient pas des œuvres d’art, d’où le peu d’informations jusqu’à aujourd’hui. Quelques documents judiciaires attestent de la présence et de la construction de ces lavoirs. Ces lavoirs situés sur le Gouessant, furent des sujets récurrents de plaintes entre les propriétaires et l’objet de nombreux décrets de modification et de destructions à la suite d’avis des ingénieurs des ponts et chaussés.

Mais, qu’est-ce qu’un lavoir ?

       Dans les premiers temps, le lavoir n’était qu’une simple pierre plate posée au bord de la rivière : les femmes venaient y frotter leur linge ; cet espace de travail, fréquenté uniquement par les femmes, est avant tout un haut lieu de sociabilité et de solidarité pour faire face à ce métier difficile. C’est aussi l’endroit privilégié des cancans, car au travers des tissus sont dévoilées la vie et les habitudes des clients. Les plus informées commentent, avec force et détails, les derniers potins circulant en ville. « Quand on s’intéresse aux écrits, on remarque que les lavandières n’avaient pas bonne réputation. Selon les légendes, les âmes des lavandières viendraient hanter les lavoirs la nuit Gare à celui qui s’y aventure seul ! ». La mécanisation et l’électrification sonneront la fin de ce métier, au profit des si pratiques machines à laver, vantées sur les écrans par la célèbre « Mère Denis » et son « C’est ben vrai ça !».

 

    Simple pierre ou fière bâtisse, il est depuis la nuit des temps, l’endroit où l’eau affleurant, permet de laver son linge, en le frottant et le tapant sur les pierres bordant le courant. Jusqu’au milieu du XXe siècle, les lavoirs faisaient partie du quotidien, les battoirs rythmant la vie du quartier. Le lavoir, une pierre plate ou quelques marches sur le bord de l’eau, de vastes bassins creusés et couverts d’ardoises, de tôle ou de tuiles.

A Lamballe, on recense 6 types de lavoirs :

- Accompagné de murets et marches étroites ou parallèles menant au lavoir.

- Quelques marches bordant le cours d'eau constituent le type de lavoir le plus répandu à Lamballe.

- Lavoir de 2 ou trois marches dont la hauteur peut atteindre 40 cm. Leur largeur varie entre 3 et 6 mètres. (Lavoir rue de Général Leclerc).

- Lavoirs plus élaborés disposant d'une toiture abritant les lavandières, et souvent moins de marches ... (Lavoir de Saint Martin).

- Lavoirs dotés de petits appentis en bois recouverts d'ardoises, de tôles ou de tuiles.

Réhabilitation des lavoirs

       Une association fut créée le 15 mars 2004 pour réhabiliter de nombreux lavoirs notamment visibles le long du Gouessant. Ce petit patrimoine lamballais est constitué de 80 lavoirs privés et 11 publics. Les anecdotes s’y rapportant sont encore vivaces dans les mémoires. 

       L’association a œuvré pour permettre de mener à bien les travaux de préservation et de mise en valeur de ce patrimoine. Plus de 50 lavoirs ont été rénovés et pour organiser des balades qui permettent aux promeneurs de découvrir ce patrimoine agréable et ludique.

      Une vidéo nous présente la découverte des lavoirs du parking des tanneurs au plan d’eau, et l’accueil des jeunes qui participeront à la réhabilitation des lavoirs. https://www.dailymotion.com/video/xsae2t

En aout, la fête des lavoirs offrait aux promeneurs un après-midi champêtre et festif. Lavandières (démonstration de lavage à l’ancienne) et conteuses, installées de part et d’autre du chemin des lavoirs parlent, papotent avec un bagout assuré et …. de l’humour. Une laveuse contera en Gallo. Le public savourait les histoires cocasses des lavandières qui, par leur gouaille, ranimaient le temps où elles venaient au lavoir laver leur linge et apprendre les dernières nouvelles du quartier et les cancans de « RADIO LAVOIR ». Un moment ralliant le passé et le présent.

Mais après 15 années et de nombreuses réfections de lavoirs, l’association a fermé ses portes. Sa dissolution est effective en date du 16 octobre 2019.

On peut toujours découvrir ce patrimoine, témoin d’une époque récente, lors d’une agréable balade nature, familiale et bucolique, dans le monde des lavandières, en suivant les rives du Gouessant par « LE CIRCUIT DES LAVOIRS », dans un cadre champêtre.

Chronique réalisée par Barbara NICOLAI.

Les meilleures vidéos du web retenues pour vous ...

Artistes de tous pays

Le dessin de toute une vie !

Jacqueline GRAINDORGE

    Extraordinaire !

    Oh!!! impressionnant et sublime à la fois!!! J'aime beaucoup!! Amitiés nathalie...

    C'est incroyable, très bien réalisé, franchement ca mérite vraiment un grand pouce vers le haut, merci pour ce partage artistique.

L'ART TOPIAIRE !

Jean-Marc COQUELLE

Le travail est minutieux et les "figures et figurines" obtenues sont vivantes de réalisme ! Du grand art, quel talent.... Lorsqu'on regarde les maîtres d'ouvrage à l’œuvre, on comprend qu'il faut avoir de la patience, le goût artistique, l'amour de la nature, du talent et ne pas compter les heures passées à entretenir les arbres et les arbustes. Car ce ne sont pas des bonzaï, ce sont des arbres et buissons... Nous avons passé beaucoup de temps à contempler et avons chaudement félicité les "jardiniers de l'art" pour leur exceptionnel travail. Mille mercis à notre amateur de vidéo.

Le variant breton !

Frédéric FROMET

Tout le monde le petit doigt en l'air ! Car Frédéric Fromet a la solution pour éradiquer le variant breton. Il suffit simplement de lui faire écouter des chansons bretonnes.

Irrésistible !

VERDI

Flash mob

Je suis ému à chaque fois que j'écoute cette musique. Avec le verrouillage et mon état de santé, je ne peux pas sortir, mais mon cœur le peut quand j'entends une si belle musique.                      Thomas Kembe 

 

Bravo pour ce délicieux moment ! La musique rassemble les humains , elle ouvre le cœur et embellit la vie .... Que la paix et l’amour soient aujourd’hui et toujours dans le cœur de chacun ...                                Catherine YVANT

Humour : La main ....

     Parmi les différentes mesures prises pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, il est demandé de ne plus se serrer la main. Par contre, il est possible - et même recommandé - de se serrer les coudes. Il ne faut donc pas tendre la main, ne plus faire des  pieds et des mains, seulement des appels du pied afin de garder les mains libres.

   Si vous  êtes à la tête d'une association et que vous voulez vous retirer, impossible de passer la main. Certes, il reste la solution de vous faire sortir à coups de pied dans l'arrière train mais ce n'est pas très élégant et l'on peut très vite en revenir aux mains.

   Pour les amoureux qui ont le coeur sur la main, il est illusoire de la donner, ni même de la partager. Les mariages vont tomber en désuétude car plus personne ne fera la démarche pour demander la main de l'être aimé.

   Autre conséquence grave pour la démocratie : désormais la politique de la main tendue est vouée à l'échec, être pris la main dans le sac sera moins grave que de donner un coup de main. Bien sûr, la main gauche doit ignorer ce que fait la main droite mais si elle a donné de l'argent de la main à la main, il sera nécessaire de lui passer un savon.

   C'est dans la tribulation qu'il convient d'être fort, l'épidémie génère un sentiment de peur. La solution ? S'en laver les mains et prendre son courage à deux mains, surtout en main propres.

    Au revoir et à deux mains !

Art photographique de nos adhérents :

Mésange à tête noire...

Denise LOHEZ

(tous droits réservés)

Art photographique de nos adhérents :

Sphinx colibri ... 

Denise LOHEZ.

(Tous droits réservés)

Pour entretenir vos zigomatiques  

 

Perles lycéennes

 

(entre parenthèses, les commentaires des correcteurs)

 

- Les soldats se cachaient pour éviter l'éclatation des obus. (Avec raison !!!)

 

- Les avions lançaient des espadrilles contre l'ennemi. (Diminution des risques collatéraux !!!)

 

- A la fin, les hommes commençaient à en avoir marre d'être tués. (On les comprend!! !)

 

- Après la défaite, les Français prirent comme chef le maréchal Pétrin. > > > (On y était!!!!)

 

- Le 11 novembre, tous les morts de la guerre fêtent la victoire. (D’où le nombre de participants)


- Sur les champs de bataille, on voit les tombes de ceux qui sont tombés, c'est pourquoi on les appelle des pierres tombales. (Les bras m'en tombent…)


> > > MOYEN AGE
- Les paysans étaient obligés de jeûner à chaque repas.  > > (Le régime avant l'heure)

 

- La famine était un grave problème pour ceux qui n'avaient rien à manger.(!!!!!!)

 

- Au Moyen Age, la bonne santé n'avait pas encore été inventée. > > > (Mais que font les chercheurs ???)

 

- Les Moyenâgeux avaient les dents pourries comme Jacquouilles. (C’est ça la culture !)

 

- La mortalité infantile était très élevée sauf chez les vieillards. (et oui !)


> > > JEANNE D'ARC

 - Son nom vient du fait qu'elle tirait à l'arc plus vite que son ombre. (Comme un certain ...)

 

- On l'appelait "La Pucelle" car elle était vierge depuis son enfance. (Sans voix !!!)

 

- Jeanne détestait les Anglais à qui elle reprochait de l'avoir brûlée vive. (Les fameuses visions !!!)

 

SCIENCES PHYSIQUES
- Une bouteille d'eau explose s'il gèle car, sous l'effet du froid, l'eau devient un explosif. (D’où la prolifération...)

 

- Le passage de l'état solide à l'état liquide est la niquéfaction. (Exemple ?)

 

- Quand on a un corps et qu'on le lâche, il se casse la gueule. (Imparable !)

 

- Un kilo de Mercure pèse pratiquement une tonne. (Hum, et un kilo de plumes … ?)

 

-  Le cheval-vapeur est la force d'un cheval qui traîne sur un kilomètre un litre d'eau bouillante. (Ma préférée !)


- Un avion dépasse le mur du son quand l'arrière va plus vite que l'avant. (J’attends la démonstration ...)

 

- Les atomes se déplacent dans le liquide grâce à leur queue en forme de fouet. (Comparaison avec ???)

 

- La climatisation est un chauffage froid avec du gaz, sauf que c'est le contraire. (Évident non ?)


> > > CHIMIE
- Le gaz sulfurique sent très mauvais. On n'a jamais entendu une odeur pareille. (ah, les sourds !)

 

- Pour rendre l'eau potable, il faut y ajouter de l'alcool à 90°. (explication de l'augmentation de l'alcoolémie)

 

- L'acier est un métal plus résistant que le bois. (!!!!)


> > > MATHÉMATIQUES
- Un polygone est une figure qui a des côtés un peu partout. (dur à rassembler...)

 

- Pour trouver la surface, il faut multiplier le milieu par son centre.  > (oui, avec "une aspirine pour 2" svp...)

 

- Cette figure s'appelle un trapèze car on pourrait y suspendre quelqu’un. > > ( à chacun ses références...)

 

- Un triangle est un carré qui n'a que trois bordures.> > > (...un jardin quoi !)


> > > SCIENCES ET NATURE
- Le chien, en remuant de la queue, exprime ses sentiments, comme l'homme. (à vérifier!!)

 

- Les lapins ont tendance à se reproduire à la vitesse du son. (nous revenons à Jeanne d'Arc..)